Zone de Texte: Rétrospective

Photo de gauche:

Le chanteur Antoine qui se baladait sur le canal du Nivernais à bord de son voilier en 1977. Il s’arrêta lors de son passage à l’écluse de mes parents un long moment, il alla dans le jardin de mon père y cueillir un saladier de fraises et en profita pour nous dédicacer son dernier 45 tours du moment. Ce fut le moment inoubliable d’une rencontre avec un personnage sympathique, et aussi gai que ses chansons remplies de soleil qui nous invitent à voyager.

Merci de ce moment

A toi, Antoine

Photo de Gauche:

Vue de l’écluse n°29 du côté Chitry, vers le pont-levis. A droite le chemin sablé qui me conduisait de l’école de Chitry à la maison éclusière de mes parents.

Photo de Droite:

Vue de l’écluse n°29 du côté amont. On voit toujours le pêcher planté par mon père et son ancien hangar en bois où il y rangeait sa mobylette et ses outils.

Mes parents sont arrivés à l’écluse n°29 en 1973, elle était totalement abandonnée, les vitres des portes cassées, mon père a participé à sa remise en état puis a cultivé deux grands jardins et a élevé des chèvres ainsi que des volailles (produits qu’il revendait aux plaisanciers pour arrondir les fins de mois).

Photo de Gauche:

Ecluse n°30 de Marigny. Cette écluse était tenue par Denise Perraudin qui était éclusière. Celle-ci s’occupait aussi de l’écluse n°31. Elle a pris sa retraite et alla vivre chez sa fille à Sauvigny (58). J’allais souvent chez elle pour jouer avec ses enfants Bernard Bonnetain, Jean-Jacques Perraudin, Françoise Bonnetain, Jean-Luc Bonnetain, Florence Bride et Patricia Bonnetain avec lesquels je jouais souvent à des jeux de notre époque: aux cow-boys, badminton, balades en vélo, et bien sur nous nagions dans le canal. A cette époque l’eau était encore claire, la preuve qu’on pouvait pêcher des perches arc-en-ciel que de nombreuses libellules survolaient le canal, et nous y trouvions beaucoup de traîne-bûches. Malheureusement ce temps est révolu...Mes premiers mots d’Anglais je ne les ai pas appris à l’école, mais au bord de l’écluse de Denise avec sa fille Patricia grâce à une plaisancière Anglaise qui nous a enseignée d’année en année.